Dossier : Survol des 20 années de Règne du Roi du Maroc

Dès son ascension au Trône des ses ancêtres, SM Mohammed VI a su mettre, en mode accéléré, le Maroc sur la voie du changement, et ce, en lançant, en assurant le suivi et en menant à terme, selon un style qui lui est propre, des chantiers tout azimuth; économiques, sociaux et politiques qui ont métamorphosé le pays en l’espace de vingt ans.

Ci-dessous un survol rapide de ces chantiers:

Promulgation d’une nouvelle Constitution (Voir texte intégral)

La Constitution marocaine de 2011 est l’actuelle norme juridique suprême du Royaume. C’est aussi la sixième constitution marocaine, les précédentes datant de 1962, 1970, 1972, 1992 et 1996.

La nouvelle constitution promulguée par le dahir no 1-11-91 du 30 juillet 2011, puise l’essentiel de ses dispositions dans les propositions des instances politiques, syndicales, associatives et de jeunesse. Elle comporte 180 articles, contre 108 dans celle de 1996.

Moudawana (Voir Traduction intégrale)

La Moudawana ou Code du statut personnel marocain est le droit de la famille marocain codifié en 1958 sous le règne du feu Roi Mohammed V. Ce code a été amendé une première fois en 1993 par le feu Roi Hassan II, puis révisé en février 2004 par le Parlement marocain et promulgué par SM LE ROI MOHAMMED VI le 10 octobre 2004.

Réforme du champ religieux

La stratégie adoptée par SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, dans le domaine de la réforme et la restructuration du champ religieux repose sur une approche authentique et multidimensionnelle, qui favorise un islam sunnite du juste milieu.

Cette réforme porte notamment sur les plans stratégiques, législatif, administratif, d’encadrement et d’organisation institutionnelle.

La pierre angulaire est Imarat Al-Mouminine qui, à travers l’ensemble de ses prérogatives théologique, historique, législative et constitutionnelle, préserve les fondements de la Charia.

La proximité des citoyens constitue une autre dimension, et concerne les imams et les mosquées, ainsi que la communauté marocaine établie à l’étranger. Elle repose sur la Fatwa et al-Irchad, à travers le Conseil supérieur des oulémas, sous la présidence d’Amir Al-Mouminine, ainsi que la recherche scientifique qui, elle, relève de la responsabilité de la Rabita Mohamadia des oulémas.

Instance équité et réconciliation (Visiter site WEB)

L’Instance équité et réconciliation est le nom d’un organisme marocain  mis en place le 12 avril 2004  par SM le Roi Mohammed VI. Le but de cette commission est de réconcilier le peuple marocain avec son passé durant les années de plomb. 

Initiative Nationale de Développement Humain (Visiter le site WEB)

L’INDH dont le lancement a été annoncé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI le 18 mai 2005, avait pour objectif de s’attaquer au déficit social dans les quartiers urbains pauvres et les communes rurales les plus démunies du Royaume.

Il s’agissait d’œuvrer à l’élargissement de l’accès aux équipements et services sociaux de base, à la promotion des activités génératrices de revenus stables et d’emplois, de venir en aide aux personnes en grande vulnérabilité ou à besoins spécifiques…

Aujourd’hui, force est de constater qu’entre 2006 et 2017, ce sont 34 Milliards de Dirhams qui ont été injectés dans des projets de proximité à travers tout le Maroc, avec à la clé, 10,5 millions de bénéficiaires directs et indirects.


REGIME D’ASSISTANCE MEDICALE (RAMED) – ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE (AMO)

L’amélioration et l’extension de la couverture médicale constituent un des piliers du développement humain et social prôné par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

A cet effet, deux régimes de la couverture médicale de base ont été créés en 2002. Il s’agit de l’Assurance Maladie Obligatoire de base (AMO) et le Régime d’Assistance Médicale (RAMED).

Le premier est fondé sur les principes et les techniques de l’assurance sociale au profit des personnes exerçant une activité lucrative, des titulaires de pension, des anciens résistants et membres de l’armée de libération et des étudiants.

Le deuxième (RAMED) est fondé sur les principes de l’assistance sociale et de la solidarité nationale au profit des démunis.

Le taux de couverture de la population par une assurance maladie, y compris le RAMED, a atteint 53,8% en 2017, selon l’Observatoire national du développement humain (ONDH), bien qu’il subsiste des disparités entre les milieux urbain et rural, ainsi qu’entre les différentes régions du Royaume.

Formation Professionnelle

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, de tout temps, accorde un intérêt particulier à la question de l’emploi et de l’employabilité des jeunes.

Une question qui s’inscrit dans le cadre de l’orientation économique engagée par le Maroc. «L’insertion socioprofessionnelle n’est pas un privilège accordé aux jeunes. Car chaque citoyen, quel que soit le milieu dont il est issu, a droit aux mêmes opportunités et aux mêmes chances d’accès à un enseignement de qualité et à un emploi digne», a souligné S.M. le Roi Mohammed VI dans le discours adressé le 20 août à la Nation à l’occasion du 65e anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple.

Régionalisation et Décentralisation (En savoir plus sur l’évolution du processus)

Le Royaume du Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a fait de la politique de décentralisation un « choix stratégique irréversible » d’organisation territoriale, accompagné d’une politique de décentralisation des services de l’Etat.

Le but est d’impliquer davantage les populations et les acteurs territoriaux dans le choix des politiques et stratégies locales, ainsi que dans leur mise en œuvre.

Lutte contre l’habitat insalubre (pour plus d’information, cliquer ici )

L’intérêt de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour la lutte contre l’habitat insalubre et l’éradication du bidonville s’est manifesté très tôt, le Souverain ayant déclaré dans le Discours Royal du 11 octobre 2002 « Nous ne saurions préserver au citoyen sa dignité qu’en lui assurant un logement décent ».

Depuis, les politiques publiques se sont concentrées sur l’accélération du rythme d’éradication des bidonvilles, de réalisation du programme « villes sans bidonvilles» et  d’intensification de l’offre en logements, particulièrement pour les catégories à faibles revenus grâce des programmes de logement à faible coût.

Le programme d’éradication de l’ensemble des bidonvilles concerne 421699 ménages dans 85 villes et centres urbains, avec un coût de 32 MMDH.

Quant au programme de restructuration et de mise à niveau urbaine des quartiers non réglementaires, il a permis entre 2002-2017, la mise à niveau urbaine au profit de 1.600.000 ménages.

Fondation Mohammed V pour la Solidarité (Visiter le site WEB)

La Fondation Mohammed V pour la Solidarité, créée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 1999, contribue avec les autres acteurs sociaux à la lutte contre la pauvreté selon la devise « Unis pour aider les démunis ».

La Fondation bénéficie du statut consultatif spécial auprès du conseil économique et social de l’Organisation des Nations Unies.

Les axes d’intervention de la Fondation couvrent une large palette de domaines, allant de l’aide humanitaire à l’assistance des populations en situation précaire, en passant par le soutien financier et logistique aux associations actives sur le terrain, les projets de développement durable…

Depuis sa création, la Fondation compte à son actif 5,147 Milliards de dirhams de réalisations et d’engagements.

Plan Maroc vert (Pour plus d’information, cliquer ici)

Principal levier de l’économie nationale, l’agriculture marocaine s’est développée grâce  à une mobilisation autour du programme «Maroc vert», inauguré par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en avril 2008.

Le projet, vise à faire de l’agriculture l’un des premiers secteurs du développement productif, à la moderniser, à promouvoir les investissements agricoles, à assurer la sécurité alimentaire, à stimuler les exportations de produits agricoles et à valoriser les produits locaux.

Le plan « Maroc vert » vise également à soutenir l’agriculture sous deux axes. Le premier concerne l’agriculture moderne à valeur ajoutée et à haute productivité répondant aux exigences du marché, et ce en encourageant les investissements privés et en adoptant de nouveaux moyens d’assemblage de produits agricoles, en développant les exportations agricoles marocaines et  les activités industrielles liées à l’agriculture.

Quant au deuxième axe, il a pour but d’améliorer les conditions de vie du petit agriculteur et de lutter contre la pauvreté dans les zones rurales en augmentant les revenus agricoles dans les zones les plus vulnérables, et aussi de promouvoir une agriculture solidaire à travers le lancement de plusieurs coopératives d’agriculteurs à travers le Maroc.

Plan d’accélération industrielle

Les choix stratégiques de développement adoptés par le Maroc l’ont placé sur la voie de l’ouverture et du progrès. Ce processus s’est intensifié par la mise en place de stratégies sectorielles ciblées.

Ainsi orienté, le secteur industriel marocain s’est engagé dans une dynamique de croissance qui s’est fortement consolidée depuis la mise en œuvre du Plan Emergence et la conclusion, en 2009, du Pacte National pour l’Emergence Industrielle.

Nouveaux métiers mondiaux du Maroc

L’activité est portée par l’automobile, l’aéronautique, l’électronique et l’offshoring. L’arrivée de PSA permettra à l’automobile de franchir un nouveau palier. L’outsourcing appelé à innover pour surmonter la concurrence étrangère sur les centres d’appel.

?quipements socio-sportifs

Sa Majesté le Roi Mohammed VI accorde un intérêt particulier aux jeunes, une sollicitude consacrée par la construction de centaines de complexes socio-sportifs de proximité (CSP) à travers le pays.

Le Programme national de construction de 832 complexes socio-sportifs de proximité (CSP), présenté au Souverain le 25 octobre 2018, a constitué une nouvelle marque de cet intérêt royal pour la jeunesse du pays.

Ce programme de construction de 832 CSP de nouvelle génération s’inscrit dans la continuité  des quelque 2.000 terrains de proximité réalisés dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain et ceux construits par le ministère de la Jeunesse et des sports (près de 1.000 terrains).

Immigration

SM Le Roi Mohammed VI a été chargé de coordonner le programme de l’immigration au sein de la nouvelle commission de l’Union africaine (UA).

L’annonce a été faite mardi 14 mars par le président de l’Union africaine, le chef de l’?tat guinéen Alpha Condé, lors de la cérémonie de passation de témoin entre la présidente de la commission sortante de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, et le président de la nouvelle commission, Moussa Faki Mahamat.

Faisant face depuis plusieurs années à des flux incessants de migrants, particulièrement en provenance de pays subsahariens qui s’installent définitivement au Maroc, à défaut de pouvoir accéder à la citadelle Europe, le Royaume, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a choisi la réponse mue par le sentiment humanitaire et de solidarité africaine. 

Suivant les directives royales, le Maroc a mis en place une stratégie nationale de l’immigration et de l’asile qui a permis à des dizaines de milliers de personnes en situation irrégulière d’obtenir un titre de séjour pour rester légalement sur le sol marocain.

La première opération exceptionnelle de régularisation des étrangers Africains, mais également du Moyen-Orient et même de l’Asie, menée en 2014, avait permis de régulariser 23.096 personnes. La deuxième opération, lancée en décembre 2017 avait connu un engouement tout aussi fort.

Régularisation des migrants

Faisant face depuis plusieurs années à des flux incessants de migrants, particulièrement en provenance de pays subsahariens qui s’installent définitivement au Maroc, à défaut de pouvoir accéder à la citadelle Europe, le Royaume, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a choisi la réponse mue par le sentiment humanitaire et de solidarité africaine. 

Suivant les directives royales, le Maroc a mis en place une stratégie nationale de l’immigration et de l’asile qui a permis à des dizaines de milliers de personnes en situation irrégulière d’obtenir un titre de séjour pour rester légalement sur le sol marocain.

La première opération exceptionnelle de régularisation des étrangers menée en 2014 avait permis de régulariser 23.096 personnes. La deuxième opération, lancée en décembre 2017 avait connu un engouement tout aussi fort.

Sahara

SM LE ROI MOHAMMED VI a réitéré l’attachement du Maroc à défendre son intégrité territoriale avec la même clarté et le même sens de l’engagement responsable et du travail sérieux, tant sur le plan onusien qu’au niveau interne.

LE ROI MOHAMMED VI que Dieu l’Assiste a remercié publiquement les chefs d’Etat africains pour leur soutien au dossier du Sahara marocain et noté avec satisfaction « la compétence exclusive » de l’ONU en matière de gestion et de règlement pacifique du conflit.

Sécurité

Armée : -défense et interventions humanitaires

Sur les instructions de SM LE ROI Mohammed VI, Chef Suprême des Forces Armées Royales, l’armée s’est dotée de nouveaux matériels militaires.

Les hôpitaux marocains de campagne, installés à l’étranger, constituent une expérience pionnière qui reflète la forte implication du Royaume sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI au service de l’action humanitaire dans plusieurs zones de crises à travers le monde.

L’hôpital de campagne marocain au camp Zaatari dont la mission principale est d’offrir un soutien médical aux réfugiés syriens et prêter main forte à la Jordanie qui accueille un grand nombre de réfugiés syriens.

Sur hautes instructions de SM LE ROI Mohammed VI, le service de santé des FAR a déployé deux hôpitaux de campagne, l’un à Ouaouiziret (province d’Azilal) et le second à Anfgou (province de Midelt), pour venir en aide aux populations de ces régions face aux rigueurs de l’hiver. 

Casques bleus marocains

Avec ses 1.605 soldats mis à la disposition de l’ONU dans le cadre de ses missions de maintien de la paix à travers le monde, le Maroc passe à la 14ème place dans le classement mondial des pays contributeurs aux forces onusiennes. Pour la zone MENA (Moyen-Orient et Afrique du nord), le Maroc se classe deuxième.

Ces casques bleus sont actuellement en service sous le drapeau de l’ONU dans les missions de maintien de la paix en République centrafricaine (Minusca) et en République démocratique du Congo (Monusco). 

Lutte anti-terroriste

Le Royaume du Maroc a placé la lutte contre le terrorisme en tête de ses priorités, développant une stratégie multidimensionnelle en matière de lutte contre le terrorisme.

Il a également créé le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), en 2015, en tant qu’organisme chef de file de la lutte antiterroriste faisant face à la menace terroriste, en réussissant à démanteler plusieurs groupes terroristes et en évitant plusieurs attaques terroristes au Maroc grâce à leur stratégie anticipative.

Union Africaine

« Il est bon le jour où l’on rentre chez soi après une longue absence », a affirmé SM LE ROI MOHAMMED VI, après que le Royaume du Maroc a été réadmis à l’Union Africaine.

Trente-neuf des 54 membres de l’UA ont voté en faveur de la réadmission.

Le Maroc avait quitté l’ancienne Organisation de l’unité africaine (OUA, prédécesseur de l’UA) en 1984 pour protester contre l’attribution de sièges au Front Polisario, admis comme représentant de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

En expliquant la décision du Maroc de rejoindre l’UA, SM LE ROI avait déclaré: « Quand un corps est malade, il est plus facile de le soigner de l’intérieur que de l’extérieur.  »

Mais en son absence de l’organisation panafricaine, le royaume a développé des liens économiques avec de nombreux pays du continent, principalement par le biais du commerce et des investissements.

Infrastructures

  • Tanger Med1 et Tanger Med2

Lancés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en 2002, les travaux de construction du méga-port Tanger Med sur le Détroit de Gibraltar vont durer 6 ans, jusqu’à l’inauguration en 2008 de Tanger Med 1.

Cette plateforme portuaire, parmi les plus grandes dans le bassin méditerranéen, est devenue aujourd’hui un hub logistique mondial, connecté à près de 200 ports dans le monde.

Tanger Med offre des capacités de traitement pour 9 millions de conteneurs, 7 millions de passagers, 700 000 camions et 1 million de véhicules.

En outre, Tanger Med constitue une plateforme industrielle pour plus de 800 entreprises de différents secteurs, allant de l’automobile à l’aéronautique, en passant par l’électronique, la logistique, le textile et le commerce pour un volume d’affaires annuel de 6, 4 Milliards d’euros.

Le succès est tel que les travaux de construction du Port Tanger Med 2 ont été lancés dès 2015.

  • ?nergies renouvelables

La stratégie énergétique tracée par Sa Majesté le Roi Mohamed VI se fonde sur le développement des énergies renouvelables, solaire et éolienne, avec l’objectif de réduire la dépendance énergétique du Maroc et de couvrir 42% des besoins électriques du Royaume en 2020 et 52 % en 2030.

L’ambitieux Plan Solaire marocain, lancé en 2009 sous la présidence de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, s’inscrit dans le cadre de cette stratégie de développement durable. Il est prévu sur cinq sites : Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah.

La mise en œuvre du Plan Solaire marocain est confiée à l’Agence Marocaine pour l’Energie Solaire (Moroccan Agency for Solar Energy).

Quant au projet d’énergie éolienne, il vise à mettre en place à l’horizon 2020, une capacité de 2000 mégawatts qui correspond à 26% de la production électrique actuelle du pays.

  • Satellites

Le Maroc s’est doté d’un système d’observation de la terre depuis l’espace, en mettant en orbite en 2017 et 2018, successivement les satellites «Mohammed VI-A» et «Mohammed VI-B».

A la pointe de la technologie, les deux satellites sont  complémentaires et permettent d’assurer une couverture plus rapide des zones d’intérêts.

Ils serviront à une large palette d’activités, allant des activités  cartographiques et cadastrales, à l’aménagement du territoire, en passant par le suivi des activités agricoles, la prévention et la gestion des catastrophes naturelles, le suivi des transformations  environnementales et de la désertification, la surveillance des frontières et du littoral…

  • TGV

Inauguré le 15 novembre 2018 à Tanger par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président français Emmanuel Macron, le train à grande vitesse Tanger-Casablanca «Al Boraq», est l’un des événements marquant de l’année, puisqu’il s’agit d’une première au Maghreb et en Afrique.

Le TGV Al Boraq réduit de plus de la moitié la durée du voyage entre les deux métropoles économiques, et doublera le nombre de passagers à plus de 6 millions dès la troisième année d’exploitation, tout en renforçant la sécurité routière et la protection de l’environnement.

Cette ligne à grande vitesse est le premier maillon du projet marocain de LGV visant à doter le pays à horizon 2030 de 1500  km de lignes ferroviaires à grande vitesse.

  • Ponts et Autoroutes

En juillet 2016, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a inauguré le pont à haubans de Rabat, l’un des plus beaux en Afrique et qui fait partie de l’autoroute de contournement de la capitale.

Pont Mohammed VI

Baptisé pont Mohammed VI, cet ouvrage est l’un des plus longs ponts à haubans en Afrique, avec ses 950 mètres, ses deux pylônes de 200 mètres de hauteur et son tablier large de plus de 30 mètres.

Depuis le début des années 2000, le développement  du réseau autoroutier et ferroviaire au Maroc, a nécessité la construction de nombreux ponts et ouvrages hydrauliques. Parmi ces derniers, on compte également le viaduc d’El Hachef, entre Asillah et Tanger, long de 3,5 kilomètres.

Autoroute Marrakech-Agadir

Par ailleurs, Sa majesté le Roi Mohammed VI accorde un intérêt particulier au développement rapide des autoroutes, de façon à relier un nombre toujours plus grand de villes et d’agglomérations au réseau autoroutier national.

En l’espace de deux décennies, cette politique a montré toute son efficacité, 60% de la population étant aujourd’hui directement reliée au réseau autoroutier. Toutes les villes de plus de 400.000 habitants sont ainsi reliées au réseau autoroutier.

Avec plus de 1.800 km, le Maroc compte l’un des plus longs réseau d’autoroutes en Afrique, en plus d’un de plus de 1 600 km de voies express gratuites.

  • Tunnels

Sur des décisions Royales, la politique d’extension du réseau autoroutier et d’amélioration urbaine et interurbaine ne pouvait pas faire l’impasse de la construction des tunnels.

En juin 2010, l’ouverture du tunnel Marrakech-Agadir a signé la réalisation du premier tunnel autoroutier du Maroc.

Traversant les montagnes du Haut Atlas, il a été réalisé sur deux voies longues de 500 m, sur une hauteur de 7 m.

Cette infrastructure, qui permet d’effectuer le trajet entre Marrakech et Agadir en deux heures, a été construite selon les normes européennes de sécurité.

Au niveau urbain, on peut citer le tunnel des Oudayas à Rabat, qui a largement contribué à fluidifier la circulation entre les villes de Rabat et Salé ainsi que les tunnels de la ville de Tanger.

  • Tramway

Avec l’inauguration par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le 23 janvier 2019, de la deuxième ligne du tramway de Casablanca (T2), le Maroc élargit son  réseau de tramways dans ses deux plus grandes métropoles: Casablanca et Rabat-Salé.

A Casablanca, les deux lignes totalisent désormais 47,5 km de réseau avec 71 stations. La nouvelle ligne traverse 9 arrondissements comptant une population de 1 million de personnes et un couloir direct de 450.000 habitants.

A Rabat-Salé, l’extension de la ligne 2 est en cours et permettra le transport quotidien de 40.000 voyageurs supplémentaires, ce qui portera le nombre de voyageurs transportés dans le réseau à 150.000 par jour.

Autres Infrastructures

  • Manufacture de l’automobile
  • Aéronautique
  • Aéroport Mohammed V
  • Aéroport Rabat-Salé
  • Aéroport de Marrakech
  • Différents Projets des corniches.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.