L’engagement du Maroc en faveur de l’Agenda onusien de développement 2030 mis en avant à New York

New York, le 24 septembre 2019 (MAP) Le Maroc a assuré son engagement le plus ferme concernant l’Agenda onusien de développement 2030 à travers notamment la signature d’un accord pour la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable (ODD) dans les villes intermédiaires du Maroc, a affirmé, mardi à New York le Secrétaire général du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Abdellatif Ennahli.

Le responsable marocain, qui s’exprimait lors d’une session du 2ème Forum des Nations Unies sur les collectivités locales sous le thème “Implémentation de l’Agenda 2030 : déclencher la transformation nécessaire pour relever les défis climatiques”, a relevé que la signature de cet accord est le fruit d’un engagement moral et politique de la part du Royaume envers la dynamique mondiale, mais également un engagement pour plus de justice territoriale pour ses citoyens et ses villes.

Cet accord, signé entre le gouvernement du Maroc, le réseau des Cités et Gouvernement Locaux Unis (CGLU) monde, CGLU Afrique, et ONU-Habitat, met les différents acteurs sur le même pied d’égalité dans la génération d’un dialogue politique et opérationnel afin d’instaurer les dynamiques nécessaires qui puissent impacter à terme les citoyens, a-t-il fait savoir.

Et de relever que cette innovation politique, à ses différentes échelles de gouvernance est la clé nécessaire pour activer la résilience de la planète en gagnant un temps qui, aujourd’hui, est précieux, notant que le rôle de CGLU est également clé dans cette approche.

Après avoir rappelé que le Maroc appuie depuis bien longtemps les villes et leur apport en tant que moteur de croissance économique, de créativité, d’innovation et d’attraction, M. Ennahli a souligné que le Royaume a engagé aussi un processus de réformes constitutionnelles et législatives profondes dans le but de renforcer la décentralisation, la démocratie locale et d’instaurer un nouveau mode de gestion territoriale.

Riche de son expérience, le Royaume a adhéré aux conventions internationales, au nouvel agenda urbain, ainsi qu’à l’ensemble des dispositifs internationaux se rapportant aux questions de développement et d’aménagement urbain durable permettant ainsi de répondre à l’Agenda 2030, fixant les Objectifs de Développement Durable (ODD), a-t-il ajouté.

Le secrétaire général du ministère a rappelé également que les villes intermédiaires sont un segment urbain d’importance stratégique qui permet non seulement de toucher le milieu rural, mais également constituent un segment d’intermédiation avec les métropoles, permettant d’impacter également le segment métropolitain.

M. Ennahli a appelé dans ce sens à un engagement collectif visant la réduction des disparités et le renforcement des synergies en renforçant le positionnement des villes intermédiaires dans les systèmes urbains.

Cette même démarche permettra au Maroc de favoriser, selon lui, un modèle de développement qui soit soutenable, plus proche des citoyens et de leurs aspirations, et résilient face aux grandes mutations nationales et internationales.

Co-sponsorisé par le Maroc, ce 2ème Forum des Nations Unies sur les collectivités locales s’inscrit dans le cadre de l’organisation du Sommet des Etats sur les ODD, auquel ont pris part plus de 150 dirigeants mondiaux et chefs d’Etat ayant assisté au Sommet des Nations Unies sur le développement durable, et ce, pour la première fois depuis l’adoption de l’Agenda 2030.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.