Relations bilatérales Maroc / Algérie : Les accusations du ministère des affaires étrangères algérien contre la consul du Maroc à Oran

Du jamais vu, une vidéo montage, montée par les services de renseignement algériens et diffusée à grande échelle sur les réseaux sociaux et la presse algérienne, a accusé indûment, le 13 mai 2020, le Consul Général du Maroc à Oran d’avoir qualifié l’Algérie de «  pays ennemi », propos qu’il n’a proférés à aucun moment.

Une vidéo bidouillée par les autorités algériennes qui n’ont eu de cesse de manifester leur hostilité envers le Maroc et ce, au moment même où un groupe de Marocaines et Marocains demandaient à être rapatriés chez eux.

Un discours qu’a très certainement tenu l’Ambassadeur du Maroc à Alger au Ministre algérien des Affaires Etrangères lors de sa convocation par ce dernier au siège de son Ministère et preuve à l’appui.

Par ailleurs, la requête du Ministère algérien des Affaires ?trangères relative à un rappel du Consul Général marocain est contraire aux us et coutumes diplomatiques et est considérée comme une forme d’ingérence dans des décisions souveraines.

Même les termes utilisés dans le communiqué algérien sont totalement inappropriés et doivent se lire à l’aune de la fonction occupée par le Chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum, jusqu’à sa nomination comme Ministre, à savoir celui de Représentant Permanent de l’Algérie à l’ONU.

Son poste actuel requiert des propos plus mesurés et un tact diplomatique plus affiné ; deux qualités que ne possède pas le sieur Sabri Boukadoum, lui même habitué à crier haut et fort son hostilité envers le Maroc au siège de l’ONU à New York où il avait trouvé son maître, à savoir le Représentant Permanent marocain à L’ONU. Il vient de trouver aujourd’hui son nouveau maître en la personne du Ministre marocain des Affaires Etrangères.

La réponse du Maroc ne s’est pas faite attendre et est venue via un entretien téléphonique, le 15 mai 2020, entre le Ministre marocain des Affaires Etrangères et son homologue algérien au cours duquel le Chef de la diplomatie marocaine aurait signifié à son interlocuteur que ce genre d’affaires ne se règle pas sur les réseaux sociaux ou via la presse, mais entre responsables dûment mandatés pour le faire.

De plus, le Ministre marocain aurait signifié à son interlocuteur algérien que la vidéo incriminée avait fait l’objet d’un montage pour faire tenir au diplomate marocain des propos qu’il n’a proférés à aucun moment et qu’une enquête approfondie a été diligentée pour élucider les tenants et aboutissants de cette affaire sordide et que des expertises seraient en cours pour confirmer ou infirmer l’authenticité de l’enregistrement.

Et quand bien même les propos attribués au Consul Général marocain à Oran seraient véridiques, ils ont été prononcés au sein même du Consulat Général du Maroc, territoire nationale marocain, et non à l’extérieur et devant la presse. De plus, les marques d’animosité des officiels, Président algérien en tête, et des militaires algériens, dont le Chef d’?tat Major par intérim en personne, à l’encontre du Royaume du Maroc sont bien plus pires. Pour s’en convaincre, il suffit de se souvenir que le Chef de l’?tat algérien, sieur Tebone, et son plouc de Chef d’Etat-Major par intérim ont toujours agrémenté chacun de leurs discours d’une forte dose d’animosité envers le Maroc, notamment sur le dossier du Sahara marocain et bien d’autres affaires intérieures marocaines.

Il est démontré que l’armada de diplomates et les journalistes sous-traités par l’Agence de Presse Algérienne (APS) se sont toujours gavés de discours de haine envers le Maroc tout en usant de désinformation et de propagande d’une autre âge avec pour sujet de prédilection le Sahara marocain. Par cette entourloupe, le pouvoir algérien ne cherche qu’à détourner l’attention sur « sa cuisine interne » en fomentant des opérations de propagandes anti-marocaines afin de museler les voix dissidentes et restreindre la liberté d’expression en Algérie.

Somme toute, le président Tebone, digne héritier de Boumediene, est dans de bien mauvais draps à l’instar de l’establishment qui tient toujours les ficelles du pouvoir. Une réalité saute aux yeux : le peuple algérien est totalement désabusé.

Mais au fait, les services de renseignement algériens ont vraiment des grandes oreilles d’ânes au point de pouvoir écouteret enregistrer des conversations au sein même de la représentation diplomatique marocaine et que leurs ingénieurs boiteux manipulent à leur guise ! Non, mais ils n’ont rien d’autre à se mettre sous la dent les pauvres bouseux d’agents spécieux et non spéciaux algériens ! Dépenser l’argent du peuple algérien dans une opération d’infiltration cahoteuse d’agents algériens dans une représentation diplomatique et d’intoxication via une presse et des réseaux sociaux aux ordres, il n’y a qu’en Algérie où cela se passe.

Et ces responsables algériens osent demander des excuses au Maroc pour des propos qu’un diplomate marocain n’a point prononcés ! Mais qu’ils présentent les leurs au Maroc pour les 350 000 expulsés marocains d’Algérie en 1975 dans des conditions inhumaines et remercient le défunt Roi Hassan II de ne pas avoir pris la même mesure à l’encontre des ressortissants algériens résidant au Maroc. La honte des responsables algériens dans toute sa froideur !

Quoiqu’il en soit, la marque de l’affairisme des généraux algériens et des voyous polisariens vient d’être mis à nu dans sa toute beauté. La honte des autorités algériennes dans toute sa noirceur ! Pis, l’opprobre des détenteurs du pouvoir en Algérie vient, aujourd’hui,de s’étaler sur leurs guenilles puantes !

Farid Mnebhi.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.