SM le Roi : Le Maroc fait de la coopération Sud-Sud un axe fondamental de sa politique étrangère et une ligne de conduite de son action internationale

Dakhla, 18 mars 2016 (MAP) – Le Maroc a fait de la coopération Sud-Sud un axe fondamental de sa politique étrangère et une ligne de conduite centrale de son action internationale, a affirmé SM le Roi Mohammed VI.

A ce titre, le Maroc s’emploie -tant individuellement, qu’en collaboration avec les pays frères et partenaires-, à réaliser des programmes concrets dans des domaines ciblés, visant des résultats mesurables en terme de croissance et de bien-être des populations du Sud dans le domaine économique, mais aussi dans les domaines social, culturel, environnemental et religieux, a dit le Souverain dans un message adressé aux participants au Forum Crans-Montana sur l’Afrique et la coopération Sud-Sud, dont lecture a été donnée vendredi par le président de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Ynja Khattat.

Après avoir fait remarquer que la coopération Sud-Sud n’est plus un slogan creux ou une composante connexe des politiques de développement, réduite à une simple assistance technique, le Souverain a relevé qu’elle répond, désormais, à une vision stratégique homogène, au service du développement des Etats et des besoins des populations et devient intégrée et articulée autour des potentialités et du savoir-faire de chacun.

« Après des décennies durant lesquelles notre Continent a enduré les blessures d’un partage du monde imposé par la colonisation et subi les effets collatéraux de conflits idéologiques auxquels il était étranger, il est temps que l’Afrique reprenne ses droits sur l’Histoire et la Géographie : une Histoire riche des peuples africains unis par des siècles d’échanges et de liens variés, et une Géographie qui plaide pour des ensembles sous-régionaux intégrés et complémentaires », a affirmé SM le Roi.

Pour le Souverain, l’Afrique doit, désormais, s’assumer en tant que partenaire central de la coopération internationale et non pas comme simple objet de cette coopération ou enjeu pour les autres acteurs. De même, l’Afrique ne doit pas être regardée en tant que source de fragilités, mais bel et bien comme un acteur majeur du progrès, a insisté SM le Roi.

Le monde – et nos régions, en particulier -, a poursuivi le Souverain, font face à des défis environnementaux sans précédent, précisant qu’il s’agit non seulement de défis climatiques, mais aussi – et surtout- de défis en matière de développement.

« Or, l’Afrique a son mot à dire dans ce débat mondial. Elle ne devrait donc ni se taire, ni se laisser faire, encore moins se réduire à choisir entre développement et écologie », a encore souligné Sa Majesté le Roi.

Le Souverain a dans ce sens affirmé que c’est cette vision que le Maroc a choisi d’ériger en doctrine, en accueillant la 22ème réunion des Etats Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP 22), prévue en novembre prochain à Marrakech.

Sa Majesté le Roi a, à cet égard, émis le souhait que cette conférence planétaire soit une célébration de la coopération Sud-Sud, au service de l’environnement, qu’elle puisse placer l’Afrique et l’ensemble des pays en développement au cœur de l’agenda international. « Notre pari est d’y faire entendre la voix d’une Afrique unie, forte, mobilisée et, en définitive, écoutée et entendue », a dit le Souverain, relevant qu’il appartient au monde d’inventer les modes de développement permettant à nos populations d’accéder à un mieux-être tout en préservant les conditions de sa durabilité.

Pour ce faire, SM le Roi a affirmé que « Nous devons, tous, œuvrer dans ce sens et écouter les créatifs, les jeunes, ceux qui innovent et qui préparent notre monde de demain ».

De même, le Souverain a souligné qu’il est de la responsabilité des Etats de porter des visions d’avenir et d’agir pour les mettre en œuvre, à travers de grandes mesures et des chantiers structurants, faisant observer, cependant, que les politiques publiques, aussi ambitieuses soient-elles, demeurent fragiles si elles ne sont pas appropriées par les populations et les sociétés civiles.

« C’est cela même le sens du développement durable », a affirmé SM le Roi, relevant que pour être pérenne, solide et riche, le développement doit être porté par une vision partagée par tous les acteurs d’une société, où chacun décide et choisit de l’incarner à sa manière.(MAP)

Comments are closed.