Les dirigeants algériens et leurs complices polisariens essuient un cuisant échec au Conseil de Sécurité de l’ONU

La résolution n° 2351, tant attendue sur le Sahara marocain a été adoptée à l’unanimité de ses membres par le Conseil de Sécurité de l’ONU, le vendredi 208 avril 2017 ; un vote programmé initialement pour le jeudi 27 avril 2017, mais reporté d’une journée, suite aux manoeuvres dilatoires du polisario sur son refus de retrait de ses miliciens armés de Guerguerate.
Ce retrait obligé et décidé à la dernière minute, pour éviter une condamnation du Conseil de Sécurité de l’ONU, marque une défaite d’abord pour les responsables algériens qui mobilisent tous ses moyens diplomatiques, financiers et médiatiques en faveur du polisario qui bat en retraite, humilié, la tête basse. Des dirigeants algériens qui auront fort à faire face à leur opinion publique à laquelle il a vendu pendant des mois une « victoire éclatante » sur le Maroc.
Où sont donc passées les fanfaronnades militaires des responsables algériens et des terro-polisariens le long de la zone tampon et à Guerguerate ? Juste de la « gonflette » auprès de supports médiatiques acquis et des coups de pub à la fantomatique RASD sans légitimité internationale.
Quoi qu’il en soit, même après ce retrait des miliciens du polisario de Guerguerate, l’Ambassadeur Représentant Permanent du Maroc auprès des Nations Unies a mis en garde, lors d’une conférence presse donnée au siège de l’ONU à New York lors d’une conférence de presse donnée à l’issue du vote de la résolution, qu’ »il n’y aura pas de processus politique pour le règlement de la question du Sahara marocain s’il reste une seule trace du polisario à Guerguarate”.
A rappeler que, conformément à l’accord de cessez-le-feu signé le 06 octobre 1991, le Maroc a évacué de manière unilatérale Guerguerate le 26 février 2017, en interaction avec l’appel du Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, et la Cheffe de la MINURSO, Kim Bolduc.
Il faut également souligner que cette initiative, prise sur décision du Roi Mohammed VI, avait été saluée par le tout nouveau Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, suivi du Département d’Etat américain et du Ministère Français des Affaires Etrangères.
Autre point saillant de la résolution 2351, la reprise du processus de négociations dans le cadre du « nouvel esprit » que le nouveau Secrétaire Général de l’ONU a décidé d’insuffler aux pourparlers une approche innovante et audacieuse, notamment quand il a appelé à la redéfinition de la nature et de la forme d’ »autodétermination », qui ne signifie en aucun cas « indépendance ».
De plus, cette résolution onusienne entérine la nomination du nouvel émissaire du Secrétaire Général de l’ONU, l’ancien Président allemand, Horst K?hler.
Quant à l’élargissement des prérogatives de la MINURSO à la surveillance des Droits de l’Homme, elle a été purement et simplement rejetée et donc non citée dans cette résolution. Mieux, elle « salue les mesures et les initiatives récentes prises par le Maroc, et le rôle joué par les Commissions du Conseil National des Droits de l’Homme opérant à Dakhla et Laâyoune ».
Par ailleurs, cette résolution prolonge également d’un an le mandat de la mission de maintien de la paix de l’ONU sur place (MINURSO) et appelle à la conduite d’un recensement des Sahraouis marocains séquestrés dans les camps de la honte de Tindouf ; demande toujours refusée par Alger et le polisario pour des raisons connues de tous.
Fait remarquable, le Conseil de Sécurité de l’ONU n’a jamais qualifié la situation au Sahara marocain d’occupation, et le plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007 avait permis de lancer le processus politique ; un processus parasité par le régime algérien, principale partie à ce différend régional, qui a créé et continue d’héberger, de financer et d’armer le polisario, tout en refusant de s’investir dans les négociations, comme le lui demande le Conseil de Sécurité de l’ONU dans plusieurs de ses résolutions.
Aujourd’hui, force est de constater que, faisant l’unanimité contre lui au Conseil de Sécurité de l’ONU, le polisario joue les pleurnicheuses auprès de l’Agence de Presse Algérienne (APS) en se répandant en imprécations contre la France, sans oser nommer les Etats-Unis, après l’adoption de la résolution accablante à son encontre ; des lamentations désespérées qui prouvent, si besoin est, l’agitation des algéro-polisariens face à une résolution onusienne accusatrice envers les vantardises du polisario à Guerguerate.
L’APS, agence à l’image de ce voisin de l’Est du Maroc, fait de la désinformation une pratique récurrente, reposant sur le traitement de l’accessoire et l’ellipse de l’essentiel car ce n’est pas bien pour le moral des troupes de dire que les puissances du monde dénoncent le polisario. Alger sait pertinemment que ces puissances ne sont pas dupes de la vraie partie au conflit.
Cette nouvelle résolution onusienne est donc une lumière d’espoir pour ces victimes sahraouies marocaines du Boumediennisme de quitter les camps des séquestrés de Tindouf pour rejoindre leur pays qu’est le Maroc et met en selle le plan d’autonomie proposé par le Maroc, seule alternative sur la table jugée « sérieuse et crédible » par le Conseil de Sécurité de l’ONU à travers toutes les résolutions adoptées depuis le lancement en 2007 du processus de Manhasset.
Aujourd’hui, les dirigeants algériens et leurs acolytes polisariens constatent avec rage cette énième défaite diplomatique au titre de l’année 2017 et que seulement une vingtaine de pays persiste à croire à leurs calembredaines.
On ne peut dire qu’ils auraient été plus inspirés à se rendre à Bruxelles où se tenait, du 25 au 27 avril 2017, le 19ème Salon Seafood Expo (ex-ESE), un rendez-vous mondial annuel des professionnels du secteur des produits de la mer, pour y faire leurs emplettes du mois Sacré de Ramadan en produits de la mer provenant des côtes atlantiques marocaines de Tanger à Lagouira que de faire du lobbying stérile dans les coulisses de l’ONU et de se fendre en désinformation via les médias algériens et étrangers ainsi que les associations et les ONG’s internationales tous connus pour leur hostilité viscérale envers le Maroc.
La résolution nr 2351 du Conseil de Sécurité de l’ONU sur le Sahara marocain, fortement défavorable à l’encontre des miliciens du polisario et de leurs sponsors algériens qui conclut les quatre premiers mois de l’année 2017, signe une écrasante défaite diplomatique algéro-polisarienne.
Farid Mnebhi.a

Comments are closed.