Les Marocains ont le droit d’être fiers de l’organisation des élections du 8 septembre (Sociologue)

Casablanca, le 10 septembre 2021 (MAP) – Le chercheur en sociologie, Hassan Qranfal, a souligné que les élections du 8 septembre 2021 se sont déroulées dans de bonnes conditions et les Marocains, Roi, gouvernement et peuple, ont le droit d’être fiers de cette grande réalisation relative à la tenue de ces élections malgré les contraintes et les grandes difficultés liées à la propagation de l’épidémie du Coronavirus.

Dans une déclaration à la MAP, M. Qranfal, doyen de la faculté des Lettres et sciences humaines d’El Jadida, a indiqué que les propos exprimés à ce sujet ne sont pas des propos occasionnels mais il s’agit d’”une conclusion réaliste et objective” car plusieurs grands pays n’ont pas pu organiser de telles échéances électorales, alors ils ont eu recours à la solution facile à savoir le report, mais le Maroc a relevé le défi et organisé un triple scrutin (législatif, régional et communal) le même jour.

M. Qranfal s’est également félicité de la forte participation des électeurs qui se sont rendus aux bureaux de vote malgré les mesures de prévention strictes pour limiter les risques de contamination par le Coronavirus, et en dépit de la température élevée dans plusieurs régions surtout dans les zones rurales.

Il a, en outre, salué l’implication des citoyens des provinces du Sud pour la réussite des élections, relevant que le taux élevé de participation dans ces régions constitue “une réponse claire” à ceux qui doutent de l’attachement indéfectible des populations des provinces du Sud à la mère Patrie et leur fidélité au Glorieux Trône Alaouite.

Il a également indiqué que la forte participation des habitants des provinces du Sud à ce scrutin historique constitue un signal fort du sérieux et de la crédibilité de l’initiative d’autonomie, ainsi que de l’attachement à l’intégrité territoriale et du sentiment fort d’appartenance à la Patrie.

Concernant les résultats des élections, M. Qranfal a affirmé que personne n’attendait que le parti à la tête du gouvernement sortant subisse une défaite aussi sévère après avoir obtenu 13 sièges seulement ce qui privera cette formation politique de constituer un groupe parlementaire.

Cette nouvelle donne montre que les partis politiques arrivés en tête des élections se sont préparés à ces échéances avec le sérieux nécessaire, tout en élaborant des programmes clairs et proches des préoccupations des citoyens.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.