MARRAKECH/5-ème édition du GES : T?MOIGNAGES

GES Marrakech : M. Bakkoury expose l’ambitieux plan marocain d’énergie solaire

Marrakech, 21 nov. 2014 (MAP) – Le président du directoire de l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Masen), Mustapha Bakkoury, a exposé, jeudi devant les participants au Sommet Global de l’Entreprenariat de Marrakech (GES-2014), le plan marocain d’énergie solaire qui ambitionne de devenir à terme le plus gros projet du genre dans le monde.
M. Bakkoury a relevé à cette occasion que le Maroc a décidé de s’engager à travers ce projet dans une approche de maitrise de sa destinée énergétique, faisant remarquer que ce choix a aussi été dicté par la nécessité de maitriser les besoins énergétiques du pays.
La stratégie marocaine en la matière, a-t-il poursuivi, est ainsi portée par l’ensemble de la société marocaine, précisant que ce projet d’énergie solaire permettra de répondre aux besoins tangibles du Maroc en terme d’électricité.
Le président du Directoire du Masen a expliqué, à ce propos, que la centrale solaire d’Ouarzazate, dotée d’une capacité de 160 mégawatts, s’inscrit dans le cadre d’un parc plus grand qui totalisera à terme une production de 500 mégawatts.
Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d’Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5-ème GES-2014, manifestation mondiale d’envergure qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.
Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 5-ème édition du GES se tient sous le thème «  »Exploiter la puissance de la technologie au service de l’innovation et de l’entrepreneuriat » ». (MAP).

GES Marrakech 2014 : La star du R&B, l’Américano-sénégalais Akon impressionné par les réalisations du Maroc sur le plan éducatif

Marrakech, 21 nov. 2014 (MAP) – Akon, de son vrai nom Alioune Thiam, chanteur et producteur de R&B américano-sénégalais, s’est dit impressionné par les avancées réalisées par le Maroc, notamment dans le domaine éducatif.
En marge de sa participation au 5-ème Sommet mondial de l’entrepreneuriat (GES 2014-), la star du R&B a confié, dans une déclaration à la MAP, avoir pu mesurer l’ampleur de ces efforts, qui suscitent l’admiration, à l’occasion d’une visite qu’il avait effectuée dans une université marocaine et ce, pour l’initiation d’un projet pilote concernant un programme de formation pour le lancement d’entreprises durables.
Le chanteur considère que les programmes d’enseignement développés dans le Royaume sont «  »avancés de manière telle qu’ils peuvent inspirer les pays africains » ».
Il a tenu à saluer les initiatives du Royaume en faveur de plusieurs pays africains pour promouvoir ce secteur, formant le vœu de voir la coopération Sud-Sud promue par le Maroc se développer davantage et s’élargir à d’autres pays au service du développement.
«  »Je pense vraiment que le Maroc est un modèle à suivre en Afrique » », a affirmé le célèbre artiste, connu pour son engagement en faveur de l’action sociale à travers sa fondation qui œuvre pour l’amélioration des conditions de vie des démunis à travers la création d’emplois, avec l’ambition de susciter de l’espoir auprès de la jeunesse du continent, en proie au chômage.
Il s’est félicité de voir les femmes africaines fortement impliquées, comme en témoignent leurs réalisations en matière d’entreprenariat et de génération d’emplois.
Quelque 3.000 participants, dont des chefs d’Etats, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités et des dirigeants d’entreprises prennent part à cette messe mondiale.
Lancéé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde.
Les travaux du 5ème GES avaient démarré par un grand honneur à la femme, à travers le «  »Women’s Entrepreneurship Day » » qui a réuni, mercredi, des centaines de femmes entrepreneurs d’une cinquantaine de pays pour une réflexion de haut niveau sur la promotion de l’entreprenariat féminin.(MAP).

Le sommet de Marrakech, un nouveau départ pour une meilleure intégration de la femme africaine dans le monde des affaires (femme d’affaires zimbabwéenne)

Marrakech, 21 nov. 2014 (MAP) – Le sommet mondial de l’entreprenariat (GES 2014), qui se tient actuellement à Marrakech, devra marquer un nouveau départ pour une meilleure intégration de la femme africaine dans le monde des affaires, a indiqué Mme Barbabra Rwodzi, fondatrice et présidente-directrice générale de la compagnie zimbabwéenne Barrue Knitwear, spécialisée dans le secteur du textile.
Le conclave de Marrakech a offert une véritable plate-forme d’échanges et de réflexion sur les mesures à mettre en œuvre pour bien préparer les femmes et les jeunes à relever les nouveaux défis économiques, en particulier dans le continent africain, futur hub de croissance dans le monde, a confié à la MAP Mme Rwodzi, ajoutant : «  »notre avenir comme femmes d’affaires commence ici à Marrakech » ».
Les femmes d’affaires africaines ont un rôle important à jouer pour une
Afrique mieux intégrée, a-t-elle souligné, appelant les femmes d’affaires du continent à se montrer plus agressives dans la recherche de nouvelles opportunités car il y va, a-t-elle dit, de l’avenir de tout le continent.
Exhortant les pays africains à apporter davantage de soutien à la femme dans le domaine de l’entreprenariat, Mme Rwodzi a tenu à exprimer son admiration pour les progrès réalisés par les femmes d’affaires marocaines qui ont pu percer dans ce domaine plein de défis grâce au soutien du gouvernement marocain et surtout grâce à leur courage, leur intelligence et leur persévérance.
«  »Le sommet de Marrakech m’a permis de rencontrer plusieurs femmes d’affaires marocaines et de m’inspirer de leurs expériences riches » », a-t-elle dit, qualifiant les femmes d’affaires marocaines de «  »véritables superstars » » dont le parcours peut servir de modèle de réussite.
Quelque 3.000 partticipants, dont des chefs d’Etats, des représentants gouvernementaux, des entrepreneurs de toutes nationalités et des dirigeants d’entreprises prennent part à cette messe mondiale.
Lancé en 2009 par le Président américain Barack Obama, le GES est devenu un rendez-vous incontournable des jeunes leaders et entrepreneurs de par le monde. (MAP)

Le Maroc joue un rôle important comme passerelle vers le continent africain (Haut responsable US)

Marrakech, 21 nov. 2014 (MAP) – Le Maroc joue un rôle important comme passerelle vers le reste des pays africains en matière d’investissement et de commerce, et par ricochet, dans le développement socio-économique de ces pays, a affirmé, vendredi à Marrakech, Maria Contreras-Sweet, l’administratrice du département américain en charge des petites et moyennes entreprises.
Dans une interview à la MAP en marge de la 5ème édition du Sommet Global de l’Entreprenariat à Marrakech (GES-2014), la responsable américaine a souligné l’importance du Royaume dans la coopération Sud-Sud, mais également entre ces pays et les Etats-Unis d’Amérique, se disant «  »très ravie » » que le Maroc ait voulu abriter cet important sommet mondial qui a justement pour objectif d’échanger et de transmettre les valeurs et les idées entrepreneuriales.
Mme Contreras-Sweet a indiqué avoir constaté au Maroc «  »une multitude d’hommes et de femmes porteurs d’idées et de projets entrepreneuriaux extraordinaires qui peuvent fonctionner aussi bien au Maroc qu’ailleurs dans le monde » ».
Elle a ainsi relevé l’importance et l’apport des petites et moyennes entreprises dans la relance économique, que ce soit aux Etats-Unis, au Maroc ou ailleurs, précisant qu’à titre d’exemple les deux-tiers des emplois créés actuellement aux Etats-Unis proviennent des PME/PMI et qu’une bonne partie de la croissance économique mondiale est attribuable à ces entreprises.
Evoquant, par ailleurs, les perspectives des échanges commerciaux mondiaux, la responsable US a relevé l’apport des jeunes entrepreneurs, qui grâce à leur ouverture d’esprit et perspectives nouvelles, sont en train de changer la manière de faire les affaires au niveau planétaire, estimant que les barrières et autres carcans institutionnels et douaniers sont voués à laisser place à une libre circulation d’idées et de produits innovants.
Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d’Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5ème GES-2014, manifestation mondiale d’envergure qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.
Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette 5ème édition du GES se tient sous le thème «  »Exploiter la puissance de la technologie au service de l’innovation et de l’entrepreneuriat » ». (MAP).

Des projets crédibles et viables, principale garantie pour l’accès des entrepreneurs au financement (Financiers)

Marrakech, 21 nov. 2014 (MAP) – Les entrepreneurs sont encouragés à développer des projets «  »crédibles et viables » » qui constituent leur principale garantie pour accéder aux sources de financement, notamment le crédit bancaire, ont souligné, vendredi à Marrakech, des représentants d’institutions de crédit actives au Maroc et à l’étranger.
Lors d’une plénière sur «  »les innovations en matière de financement de l’entreprenariat » », dans le cadre du 5ème Sommet mondial de l’entreprenariat (GES Marrakech 2014), ces banquiers ont échangé sur les moyens de permettre aux entrepreneurs d’obtenir des financements en fonction des exigences des différents types d’investisseurs, du stade précoce au déploiement à l’international.
Tariq Sijilmassi, PDG du Crédit Agricole a livré les trois clés pour garantir l’accès au financement: «  »Concevoir un bon projet viable, aménager l’accessibilité et la passerelle entre l’entrepreneur et le système financier, et développer des outils de crédits adaptés aux besoins de l’entrepreneur » ».
Rejetant l’hypothèque pour conditionner les prêts, M. Sijilmassi considère que «  »la meilleure garantie c’est la qualité du projet » », appelant les banques à «  »agir en vrai financier et non en tant qu’institution d’hypothèque » ».
A ses yeux, il ne faut pas exclure des gens du circuit bancaire pour la
simple raison qu’ils ne disposent pas de ce genre de garantie classique, alors
qu’ils seraient porteurs de bons projets «  »à fort impact social » ». D’où l’importance pour les banques de développer des produits qui répondent spécifiquement aux besoins des entrepreneurs, a-t-il insisté, citant dans ce sens l’exemple de sa banque, le Crédit Agricole, qui «  »a toute une gamme de produits qui vont du micro-crédit, au médio-crédit et crédit normal, avec différents délais de remboursement,, durées et taux adéquats » ».
Le Maroc s’affiche, selon lui, comme un exemple de succès en Afrique, au vu des mécanismes développés aussi bien au niveau des banques que de la Banque Centrale qui est en train de promouvoir des mécanismes «  »très intéressants » » pour les PME.
De son côté, Said Ibrahimi, directeur général de Moroccan Financial Board, a relevé la nécessité de développer en Afrique des financements spécifiques pour les capitaux de départ et de croissance, afin d’aider les entrepreneurs à
contribuer au développement de leur pays mais aussi celui du continent.
Il a mis en avant dans ce sens l’ambition de Casablanca Finance City (CFC) comme institution active pour favoriser la création des entreprises et réunir des talents, tout en leur garantissant l’accès aux fonds de financement et en mettant à leur disposition une plateforme qui offre diverse opportunités d’investissement en Afrique.
Issam Cheleuh, fondateur de Africa Impact Group (Mali), a plaidé pour la mise en œuvre du concept des «  »investissements d’impact » » dont des montants sont placés dans des sociétés, des organismes et des fonds dans le but de produire un impact social et environnemental mesurable parallèlement à leur rendement financier.
Pour l’Américain Chonchol Gupta, PDG et fondateur de Rebirth Financial Inc, il ne faut pas concevoir le financement des PME en tant qu’activité risquée, citant les performances de son groupe avec à son actif «  »Zéro défaut » ». Il reconnait, en revanche, que les engagements financiers du groupe américain s’étaient limités jusqu’ici aux entreprises actives dans le domaine des services, déjà existantes, avec des critères d’octroi des prêts basés sur le profil et l’historique de ces structures.
Outre la promotion de projets «  »bancable et crédible » », l’Ivoirien Eric Kacou, co-fondateur et PDG de Entrepreneurial Sollutions Partners, a insisté sur la pertinence de mettre en place des fonds à même de favoriseer la collecte de financements pour aider les entrepreneurs, tout en prévoyant des outils de formation pour rapprocher les investisseurs et des entrepreneurs.
Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d’Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l’entreprenariat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Le Maroc, un pays qui peut apporter un précieux apport «  »pour tirer l’Afrique vers le progrès » » (Entrepreneur éthiopien)

Marrakech, 21 nov. 2014 (MAP) – Le Maroc, fort des progrès remarquables qu’il a réalisés dans plusieurs domaines politiques et économiques, est en mesure d’apporter un précieux concours «  »pour tirer l’Afrique vers davantage de progrès et de prospérité » », a déclaré à la MAP Endigu Legesse, opérateur éthiopien exerçant dans le secteur de agro-industrie.
«  »Grâce aux énormes progrès qu’il a réalisés en particulier dans les domaines financiers et des nouvelles technologies de l’information, le Maroc a un concours et un soutien précieux à apporter pour tirer le continent africain vers davantage de progrès économique, en mettant à profit, comme il le fait déjà dans plusieurs pays africains, son expertise vaste en faveur de la concrétisation des objectifs de développement en Afrique, y compris en Ethiopie » », a expliqué l’opérateur éthiopien en marge du GES Marrakech (Novembre 19-21, 2014).
Le sommet de Marrakech a été un «  »franc succès en ce sens qu’il a permis à des intervenants de divers horizons, venus des quatre coins du monde, de s’engager dans des échanges fructueux et établir des liens visant le renforcement des investissements et la promotion de l’acte d’entreprendre en particulier chez les jeunes » ».
Cette rencontre internationale de haute portée a été l’occasion de prendre connaissance des expériences réussies dans le domaine de la création d’entreprises, a-t-il dit, affirmant avoir été «  »agréablement surpris par les progrès remarquables réalisés par le Maroc, un pays africain qui est une source de fierté et d’inspiration pour les autres nations africaines qui souhaitent avancer sur la voie du développement économique » ». «  »J’ai pu constater durant ce sommet et à travers les différents panels, que de larges perspectives s’offrent pour le renforcement des échanges économiques et commerciaux entre le Maroc et l’Ethiopie » », a-t-il ajouté, citant notamment les secteurs agricole, industriel et ceux des nouvelles technologies de l’information et des services financiers.
L’Ethiopie, qui dispose d’un énorme potentiel notamment dans le secteur agricole où plusieurs opportunités économiques sont encore non exploitées, a besoin de l’expérience du Maroc, a souligné M. Legesse, en affirmant qu' » »ensemble nous pouvons apporter une grande contribution pour un partenariat mutuellement bénéfique » ».
Plusieurs facteurs culturels et historiques plaident en faveur de la consolidation de ces échanges pour le bien non seulement des peuples des deux pays, mais également pour celui de tout le continent africain, s’est-il félicité. (MAP)

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.